OpiMed - page d'accueil Opinions médicales en ligne - Editorial



La moue et la poussette
par Bruno Lopez le 16-06-2006 Ă  23:05
Pensez à imprimer cet article, afin de le lire ou le relire plus aisément.Imprimer

De malheureux concours de circonstances poussent parfois à l’éclosion d’événements heureux.
Cette maman gâtée par un premier bébé qu’elle adore, et au sujet duquel elle m’a posé mille questions les fois précédentes, est aujourd’hui en retard. Entre-temps une personne est admise en urgence pour un malaise hypertensif, et les deux consultants de la demi-heure suivante se présentent, par erreur, avec une demi-heure d’avance.
Je les fais donc entrer dans le cabinet, en demandant à la secrétaire de prévenir, à son arrivée éventuelle, la maman du fait que l’ordre de passage s’en est trouvé inversé. Ainsi, de ce temps épargné pourrai-je, à son tour, accorder à ce fameux bébé tout le temps, certes décalé, mais nécessaire.
Mes soins accomplis, je vais en salle dÂ’attente chercher l'enfant, et jÂ’y trouve l'air renfrognĂ© d'une femme, signant tout dÂ’abord, semble-t-il rageusement, un chèque excĂ©dĂ©, puis arguant quÂ’il nÂ’est point juste que « pour cinq minutes de retard » elle ait dĂ» voir passer deux personnes avant elle.
Et que, la fois précédente, c’est moi qui l’avait fait attendre .
Ce que je vais écrire ici, je l’ai dit à cette mère. Le médecin en retard, l'était ici au service de l’urgence, donc à celui de la collectivité. Un malade en retard ne dessert point le médecin, mais toute la collectivité. Il est des parallèles qui n’en sont point.
Le secteur 1 de la convention médicale est celui qui fait faire aux patients l’avance de l’argent de tous, le mien, le leur et celui des collecteurs. S’il reste une seule et inavouée liberté au médecin qui ne perçoit que la dîme de la récolte commune, c’est celle de s’affranchir de l’aliénation des individus, quitte à souffrir, selon sa conception de l’opulence, de l’avarice des caisses.
Les chèques brandis au-dessus des poussettes, les moues rageuses, ponctués de « je vous paie » - donc je suis - sont paradoxalement plus répandus dans le système solidaire que dans les nouveaux palais de la consultation à rallonge budgétaire.
Et c’est à nous de réagir plutôt que de regarder du côté de ceux qui perçoivent plus pour endurer moins.
Les poussettes sont liens d’amour, faites pour amener les bébés chez les médecins, point lieux de « moues » pour endosser des chèques sans signification.