OpiMed - page d'accueil Opinions médicales en ligne - Editorial



La coulpe à demi pleine
par opimed le 02-01-2007 à 01:12
Pensez à imprimer cet article, afin de le lire ou le relire plus aisément.Imprimer

Nous n'allons pas être au chômage durant les vingt années à venir.

Que ce soit par défaut de recruteurs ou démission des recrutables, il va y avoir dans ce pays un quart de médecins généralistes en moins et un quart de vieux malades en plus, plus trois quarts d'inquiets suscités par "les forces du bien", c'est à dire les industries de l'imagerie dépistante, du médicament protégeant, et de la biologie surveillante.

Il est une donnée que tout le monde néglige : la moyenne d'âge des médecins de ce pays est de cinquante ans. Pour la première fois dans l'histoire de l'offre médicale, le "médicament-médecin" a atteint sa demi-vie de libération. Le verre a moitié vide, mais assurément la coupe pleine.

Pourquoi ? Dans les déclarations 2006 du Sou médical, le nombre de plaintes contre les médecins généralistes est en hausse sensible.
Les malades ne veulent pas simplement demander réclamation, ils veulent réparation. D'avoir été pris en charge de façon trop hâtive par des médecins généralistes qui, non moins fautivement, auraient tenté de passer la main un peu trop tardivement auprès des spécialistes. Et ils obtiennent gain de cause auprès du juge dans un nombre croissant de cas.
Moralité : l'argument de la saturation et celui du débordement par l'excès de demandes auprès du médecin du premier recours ne sont d'aucun effet aux yeux du juge. Donc dans le regard de nos patients, que le juge est sensé exprimé.

Comment éduquer les patients à l'idée que leurs soignants veulent désormais se preserver des plaintes tout en essayant de soigner tous ceux qui se plaignent tout en se préservant eux-mêmes ? Comment expliquer cela auprès du juge qui a toujours moyen de remettre au placard les dossiers qu'il ne lui est pas loisible de traiter le jour même ?

En aurons-nous le temps, en plus du reste ?