OpiMed - page d'accueil Opinions médicales en ligne - Editorial



Mission en Moldavie
par Marc Godart le 14-01-2002 à 14:05
Pensez à imprimer cet article, afin de le lire ou le relire plus aisément.Imprimer

Le vol d'Air Moldova, trente-deux places, est quasi plein ce qui est remarquable pour une liaison tous les six mois. Nous patientons, la queue n'est pas longue mais les formalités semblent interminables. J'ai le tort d'avoir une invitation de la faculté de médecine de Chisinau ce qui me rend immédiatement suspect à l'hôtesse d'accueil. Une faculté de médecine à Chisinau ? Est-ce possible ! Elle voit bien la morgue et la caserne, ça oui, la prison à coté de la base de missiles : sans problème, mais la faculté de médecine… Il faut vérifier mon fax.

Enfin dans l'avion. Les inscriptions sont en espagnol, l'appareil a été racheté à une compagnie guatémaltèque, filiale de Swissair et de la Sabena : il a gardé aussi ses moustiques tropicaux et tous les passagers bouffent de la nivaquine et font passer à leurs voisins. Nous sommes au bout de la piste. Soudain, tout le monde descend sa tablette : une collation va nous être servie… avant le décollage. Les ceintures sont débouclées, certains déambulent dans l'allée: les habitués...

On nous sert un tout petit plateau (entrée + dessert) que tout le monde dévore pendant que les deux hôtesses déambulent un litron de vin de Cricova dans chaque main, pas d'eau, la Moldavie tient à sa réputation. Puis, les hôtesses nous apportent le poulet au curry et nous annoncent calmement que les quatre bouteilles de vin ont été bues et qu'elles n'ont rien d'autre. Je crève de soif comme tous les passagers qui font la queue aux toilettes pour téter l'eau du robinet puis tirent la chasse ce qui surexcite ceux qui attendent leur tour.

Le commandant de bord nous distrait par un petit cours de géographie. La Moldavie ressemble beaucoup à la Suisse; même superficie, même nombre d'habitants, même diversité linguistique. Les russophones et les roumanophones ne peuvent pas plus se blairer que les Suisses germaniques et leurs amis francophones. Il y a même les Gagaouches turcophones qui revendiquent leur indépendance avec la même conviction que nos Basques...

Le pays est charmant. La Moldavie fait 350 km de long ; une belle piste d'atterrissage ! Entre deux rivières: la Dniepr et la Prutt. Nous survolons une autoroute stratégique faite de plaques de bétons renforcées pour le passage des chars. Le fait d'être renforcées les dispensant d'être jointives, il n'y a jamais d'excès de vitesse... Peut-on travailler et surtout s'amuser dans un tel pays, membre de la francophonie ? La réponse est dans le reportage sur OphtalMission.org