Les hommes jeunes prennent davantage de risques en présence de femmes

vendredi 9 avril 2010

Le comportement d’un homme change en présence d’une femme jugée attirante, avec une augmentation de la prise de risque qui apparaît liée à une élévation de la production de testostérone, et le cortex préfrontal pourrait jouer un rôle d’intermédiaire dans ce mécanisme physiologique.

Les hommes font des folies pour séduire une femme attirante. Cette équipe australienne a voulu s’en assurer en recrutant 96 amateurs de skateboard de sexe masculin (âge moyen : 21,58 ans ; déviation standard [DS] : 3,99 ; écart : 18-35 ans) pour un test de performance. Tous les sujets ont passé l’épreuve comportant un exercice facile et un exercice difficile devant un examinateur de sexe masculin, puis 43 d’entre eux ont dû à nouveau exécuter des figures devant le même homme alors que les 53 autres ont été cette fois observés par une femme de 18 ans sélectionnée pour son attirance (par 20 évaluateurs indépendants de sexe masculin) et ignorante des objectifs de l’étude. Des prélèvements salivaires ont été pratiqués afin de doser la testostérone et les résultats d’un test d’apprentissage sur ordinateur ont complété les données de l’étude
Conformément à ce qui était attendu, les participants ont pris davantage de risques, au cours de l’exercice difficile, en présence de l’examinatrice que devant l’expérimentateur masculin, avec moins de figures avortées (P < 0,001), des chutes plus fréquentes (P < 0,01) mais également davantage de réussites (P < 0,001). Ces résultats ont été indépendants de l’âge.
Les résultats du dosage de la testostérone ont également été sans surprise, montrant une élévation significative quand la femme était l’observateur (concentration moyenne : 295,95 pmol/L, DS = 143,69 vs 212,88 pmol/L, DS = 101,62 ; P < 0,02). Une relation a été mise en évidence entre la baisse du taux de figures avortées et l’augmentation de la testostérone.
Dans le cadre du test d’apprentissage sur ordinateur, destiné à évaluer les capacités fonctionnelles du cortex préfrontal antéro-interne, le nombre de tentatives avortées a été également significativement plus important en cas d’expérimentateur masculin. Une imagerie dynamique par résonance magnétique nucléaire pourrait permettre de préciser l’implication de cette structure cérébrale.

HG

Ronay R, von Hippel W. The Presence of an Attractive Woman Elevates Testosterone and Physical Risk Taking in Young Men. Social Psychological and Personality Science 2010 ;1:57-64.DOI:10.1177/1948550609352807.


Tweet
 



Forum